« Le Fardeau »


« Le Fardeau » est mon premier court-métrage en tant que réalisateur.

Ecrit entre 2010 et 2011, c’est un projet multi-médias: en effet, en plus du film, UNE BD DESSINEE PAR LAURA BEVON a été commencée.

 

fardeau_A4_tabs

 

Un historique de la création du film est lisible ci-dessous. Voici un lien pour voir le film:

J’ai mis très longtemps à écrire le scénario, surement pour ne pas me confronter à la difficulté de me poser la question de comment faire le film…
Un évènement a tout débloqué, en 2010. La version 1 du scénario était finie depuis 2-3 mois. Je savais qu’il n’était pas parfait, qu’il y avait quelques faiblesses à régler, mais je ne parvenais pas à savoir quoi par manque d’objectivité.
J’étais quand même content de la structure globale de l’histoire.
Puis j’ai vu sur Facebook un contact participant à un concours de scénarios, celui de « La clé de voûte », organisé par l’ASSOCIATION CINEMADFILMS .
N’ayant rien à perdre, j’ai envoyé le mien, sans synopsis, sans relecture.
Quelques semaines plus tard, j’ai appris que j’étais sélectionné pour le concours, mais je n’y ai pas prêté attention.
Puis, encore quelques semaines plus tard, j’ai appris que j’avais gagné un prix, celui des meilleurs dialogues. Là, j’ai commencé à m’y intéresser. Plus d’une centaine de scénarios avaient été envoyés, et je faisais partie des 10 primés…

concours de scénarios de la clé de voute

Après un contact très instructif avec l’une des membres de l’association ayant organisé ce concours, j’ai été encore plus motivé à faire le film: elle m’a envoyé ses fiches de lectures, et ses conseils m’ont poussé à faire de nouvelles versions du scénario. J’ai donc retravaillé l’histoire, afin de gommer au maximum les points faibles, puis j’ai commencé à monter un dossier à envoyer à des boites de production, afin de  trouver des financements pour faire le film.
En parallèle, une idée un peu folle m’est venue: passionné de BD depuis toujours, pourquoi ne pas trouver un dessinateur pour faire une bande dessinée de mon histoire, en complément du film ? La même histoire, racontée de deux manières différentes, sur deux supports ayant autant de points communs que de différences, ça me semblait original.

film-bd copie

Je suis donc parti en quête d’un dessinateur, en plus d’un producteur. J’ai eu quelques contacts assez rapidement avec certaines boites de production, mais rien de concret au final.
J’ai par contre trouvé une dessinatrice lyonnaise, LAURA BEVON, avec qui j’ai collaboré sur d’autres projets, et qui a donc dessiné « Le Fardeau ». Malheureusement, la BD n’a jamais été terminée.

Concernant le film, 6 mois après le prix pour le scénario, toujours aucune piste sérieuse pour le tournage…
J’ai donc décidé de prendre les choses en main, et, peut-être un peu naïvement, de chercher des fonds de mon côté.
J’avais entendu parler des sites de financement sur Internet, comme My Major Company, mais aussi d’autres plateformes qui commençaient à voir le jour, et qui permettaient de financer des projets audiovisuels.
J’ai donc réfléchi à une campagne de financement sur ULULE, où, en échange de contreparties, des internautes font des dons pour financer le projet.
J’ai réussi à réunir 3000€, surtout grâce à des proches et amis, mais aussi grâce au relais de certains sites BD, ou encore de l’association m’ayant décerné le prix sur le scénario, qui, intrigués par ce mode de financement (peu répandu en 2011), ont eu la gentillesse de faire des articles parlant du projet.
La campagne Ulule a eu lieu entre le 1er mars et le 1er mai 2011, et une soixantaine de contributeurs y ont participé:  http://fr.ulule.com/lefardeau/

 

ulule 1

 

Le financement effectué, la route semble toute tracée: le tournage aura bien lieu.
J’ai même une pression supplémentaire désormais: des amis et des inconnus ont eu assez confiance en moi pour me faire des dons afin de réaliser mon projet… Hors de question de revenir en arrière, ou d’abandonner, du coup.
Le temps de réunir une équipe technique (entre contacts professionnels et Internet, encore une fois), de faire un casting, de trouver des lieux de tournage, et la machine est lancée.
Début octobre 2011: 6 jours de tournage, avec une équipe composée de professionnels bénévoles. Tournage au Canon 5D mark II.
Voilà quelques photos prises lors du dernier jour sur le plateau, par GILLIAN DEVILLE:

 

 

Le montage se fait en fonction des disponibilités de la monteuse, Amélie Massoutier, entre décembre 2011 et février 2012. Une quinzaine de jours de travail au total.
Ensuite, mixage et composition de la musique, par Maxime Lunel au STUDIO MASTOID. Là aussi, court-métrage bénévole oblige, pour avoir la possibilité de travailler avec des professionnels, on fait en fonction des disponibilités, ce qui étale forcément la production du film.
En parallèle du mixage, on passe deux jours à l’étalonnage.
Le mixage du film se termine en mai 2012, et le film est donc prêt un an pile après la fin de la campagne Ulule !
tout n’est pas fini pour autant: vient le temps des DVD à faire, et des contreparties à envoyer aux donateurs.
Un gros travail de création graphique, réalisé par EMILIE ANESI, pour ce qui est de l’affiche du film et de la jaquette du DVD, notamment.
Et également un travail technique, entre les menus du DVD, et le sous titrage du film, en anglais et en italien (gros boulot de Rachel Gregg pour l’anglais, et Laurie Heurtier et Ambra Tonini pour l’italien).

 

promo DVD fardeau

 

A partir de juin 2012, le film est envoyé en festivals. Un gros travail de recherche, et pas mal de désillusions: le film durant plus de 20 minutes, il m’est impossible de l’envoyer à de nombreux festivals, ceux-ci refusant les films de plus de 15 minutes.
Très peu de sélections, au final, mais malgré tout, un prix en janvier 2013 qui vient récompenser ce looooong travail: le prix de la meilleure fiction au festival « Hellemes le cinéma ».

palmares-hellemes-le-cinema